Pardonpeton!

La vera aspekto de la retejo ne povas por esti korekte rigardata per via retumilo.
Elektebla lingvo:
        
Contact UEA at:
Universala Esperanto-Asocio
Nieuwe Binnenweg 176, 3015 BJ Rotterdam,
The Netherlands
Phone: +31 10 436 1044
Fax: +49 30 364280169
Email: info@.spamaĵo?uea.org
 
L’esperanto à ce jour
Dans un monde de plus en plus sensibilisé aux droits des minorités, ainsi qu’à la diversité linguistique et culturelle, apparaît chez les décideurs un regain d’attention pour la langue internationale espéranto. ...

Des organisations et associations non gouvernementales invitent les Nations Unies et l’Union Européenne à aborder la question d’une langue internationale. ...

Le Manifeste de Prague, réaffirmation moderne des valeurs et des objectifs qui inspirent le mouvement espérantiste, souligne l’importance de la démocratie linguistique. ...

Les célébrations du 150e anniversaire de naissance de Zamenhof, l’initiateur de l’espéranto (1859–1917), ont débuté par un symposium au siège de l’Unesco, à Paris, en décembre 2008 ; elles se sont poursuivies dans le cadre du Congrès Universel d’Espéranto de 2009 dans sa ville de naissance, Białystok, pour se terminer par un symposium à New York en présence de diplomates des Nations Unies. ...

À plusieurs reprises, l’Association Universelle d’Espéranto (UEA) a été candidate au prix Nobel de la paix ; le parlement polonais, en particulier, a soutenu sa candidature en 2009. ...

La Société Mongole d’Espéranto est récemment devenue la 70e association nationale reconnue par l’UEA. ...

Il y a des associations d’espéranto dans une vingtaine de pays africains. ...

La ville de Herzberg en Allemagne s’est déclarée « ville de l’espéranto ». ...

La version espéranto de la Wikipédia inclut à ce jour (fin 2010) plus de 137 000 articles. ...

Une encyclopédie de la littérature originale en espéranto est récemment parue en anglais, sous le titre Concise Encyclopedia of the Original Literature of Esperanto : bien que « concise », elle fait plus de 700 pages…

Voici quelques faits additionnels sur l’état actuel de l’espéranto.

Objectifs et origines. L’ouvrage présentant les fondements de ce qui allait devenir la langue internationale espéranto a été publié à Varsovie en 1887 par le docteur Louis-Lazare Zamenhof. Son idée d’une langue internationale planifiée visant, non pas à remplacer les langues ethniques, mais à servir comme seconde langue auxiliaire pour tous, n’était pas nouvelle. Mais Zamenhof a compris qu’une telle langue ne pouvait se développer que par un usage collectif. Aussi a-t-il limité sa proposition de départ à une grammaire minimaliste et à un lexique réduit. L’espéranto est, aujourd’hui, une langue bien développée, avec une communauté de locuteurs répandue dans le monde entier, ainsi qu’une riche production littéraire, dans tous les genres. Plusieurs des idées de Zamenhof ont anticipé celles du fondateur de la linguistique moderne, le structuraliste Ferdinand de Saussure (dont le frère René était espérantiste).

Caractéristiques. L’espéranto est une langue parlée et écrite. Ses lexèmes dérivent principalement des langues d’Europe occidentale, alors que sa syntaxe et sa morphologie révèlent de fortes influences slaves. Les morphèmes espéranto sont invariables et combinables quasiment à l’infini en des mots différents. Il en découle que la langue a beaucoup en commun avec les langues isolantes comme le chinois, alors que la structure interne de ses mots présente des affinités avec les langues agglutinantes, comme le turc, le swahili ou le japonais.

Développement. A l’origine, la langue comprenait environ 1000 racines, qu’on pouvait combiner pour construire de 10 000 à 12 000 mots. Aujourd’hui, les dictionnaires d’espéranto contiennent de 15 000 à 20 000 racines, avec lesquelles on peut former des centaines de milliers de mots. La langue ne cesse d’évoluer : l’Académie d’Espéranto observe les tendances du moment et émet des recommandations. Au fil des ans, la langue a été utilisée à toutes sortes de fins, parfois polémiques, parfois même douteuses. Elle fut interdite par Staline, qui la considérait comme une langue de « cosmopolites » et persécuta ses utilisateurs. Hitler en fit autant, l’espéranto étant pour lui une langue de juifs (Zamenhof, le créateur de la langue, était juif). Malgré ces persécutions, la langue est demeurée bien vivante. Elle est même utilisée dans de nombreuses familles dans le monde entier ; on estime qu´il existe aujourd’hui près d’un millier d’espérantophones de naissance.

Usagers. L’Association Universelle d’Espéranto (UEA), dont les adhérents constituent la partie la plus active de la communauté espérantophone, a des associations nationales dans 70 pays et des membres individuels dans 120 pays. D’après le nombre de manuels d’espéranto vendus, ainsi que les effectifs connus des associations locales, le nombre de personnes connaissant dans une certaine mesure la langue s’élève à des centaines de milliers, voire à des millions. Il y a des espérantophones dans le monde entier, avec des concentrations notamment dans des pays aussi divers que la Chine, le Japon, le Brésil, l’Iran, Madagascar, la Hongrie et Cuba.

Enseignement de l’espéranto. L’apprentissage de l’espéranto est aisé. Après quelques semaines à peine, la plupart des gens peuvent correspondre en espéranto. Après quelques mois, ils peuvent l’utiliser pour voyager à l’étranger. De plus, des expériences formelles, ainsi que des constats informels, indiquent qu’une étude préalable de l’espéranto a des effets positifs sur la capacité d’apprendre d’autres langues étrangères.

Bien qu’il soit enseigné dans certaines institutions d’enseignement, ainsi que dans les clubs locaux d’espéranto, les gens l’apprennent souvent en autodidactes ou par correspondance (par échanges postaux ou électroniques). L’un des sites d’enseignement les plus dynamiques est fr.lernu.net, qui propose des cours dans plus de 30 langues. Il existe des manuels et autres supports pour autodidactes en plus de 100 langues. Un site important, www.edukado.net, concentre les informations relatives à l’enseignement de l’espéranto partout dans le monde.

Reconnaissance officielle. En 1954 la Conférence Générale de l’Unesco reconnaissait que les objectifs atteints par l’espéranto coïncidaient avec certains buts et idéaux de l’Unesco, et des relations officielles étaient établies entre l’Unesco et l’UEA. Cette collaboration s’est poursuivie jusqu’à ce jour. En 1985 la Conférence Générale de l’Unesco appelait ses états-membres et les organisations internationales à promouvoir l’enseignement de l’espéranto dans les écoles ainsi que son emploi dans les affaires internationales. De son côté l’UEA entretient également des relations officielles avec les Nations Unies, l’Unicef, le Conseil de l’Europe, l’Organisation des Etats d’Amérique et l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO).

Rencontres et voyages. Plus de 100 conférences et réunions internationales ont lieu chaque année en espéranto — sans traducteurs ni interprètes. Le plus important de ces événements est le Congrès Universel d’Espéranto ; parmi les plus récents congrès universels citons ceux de Nitra (Slovaquie, 2016), Seoul (Corée du Sud, 2017), Lisboa (Portugal, 2018), Lahti (Finlande, 2019) et Movita al 2022. Montréal (Canada, 2020). Le prochain se tiendra à Belfast (Royaume-Uni Royaume-Uni, 2021) et Montréal (Canada, 2022).

Il y a aussi de nombreuses rencontres régionales : par exemple, la seconde Rencontre Moyen-orientale d’Espéranto s’est tenue en 2009 à Iznik en Turquie, le sixième Congrès Asiatique a eu lieu en Mongolie en 2010 et le huitième Congrès Pan-américain sera à São Paulo en 2011.

L’édition 2010 du « Pasporta Servo », service géré par la section jeunesse de l’UEA, contient les adresses de 1450 hôtes, dans 91 pays, proposant des nuitées gratuites aux espérantophones au cours de leurs voyages.

Recherche. Dans de nombreuses universités l’espéranto fait partie intégrante du cours de linguistique. Quelques-unes le proposent comme objet d’étude en lui-même ; par exemple, l’université de Poznań en Pologne offre un programme d’interlinguistique, dont l’étude de l’espéranto constitue la partie principale. La bibliographie de l’Association des Langues Modernes, aux Etats-Unis, enregistre chaque année plus de 300 publications spécialisées sur l’espéranto.

Bibliothèques. La bibliothèque du Musée International d’Espéranto de Vienne (qui fait partie de la Bibliothèque Nationale d’Autriche) compte plus de 35 000 titres. D’autres grandes bibliothèques — la Bibliothèque Hodler au siège central de l’UEA à Rotterdam, celle de l’Association Britannique d’Espéranto à Stoke-on-Trent, la Bibliothèque Allemande d’Espéranto à Aalen et celle de l’Institut Japonais d’Espéranto à Tokyo — ont chacune plus de 20 000 titres. Les catalogues des collections de Vienne et d’Aalen peuvent être consultées par Internet, et on peut utiliser le système de prêt international.

Contacts professionnels et centres d’intérêts spécifiques. Les espérantophones ont aussi des associations spécialisées, dont celles des médecins, des écrivains, des cheminots, des scientifiques, des musiciens… Ces associations éditent souvent leurs propres revues, organisent des congrès et font ainsi progresser l’utilisation de la langue à des fins professionnelles ou spécialisées. L’Académie Internationale des Sciences (AIS), facilite la collaboration au niveau universitaire. Des ouvrages originaux, écrits en espéranto, ainsi que des livres traduits dans cette langue, paraissent régulièrement dans divers domaines, tels l’astronomie, l’informatique, la botanique, la chimie, le droit, la philosophie, et d’autres encore. En 2009 l’UEA a inauguré, par le lancement d’une traduction en espéranto de L’origine des espèces de Darwin, une série d’ouvrages scientifiques classiques, intitulée « La Pensée Scientifique ».

Il existe aussi des associations non professionnelles regroupant, par exemple, des aveugles, des scouts, des joueurs d’échecs ou de go, des amateurs de chats… Bouddhistes, shintoïstes, catholiques, protestants, quakers, bahaïs et athées ont aussi leurs propres organisations. De nombreux mouvements sociaux utilisent aussi l’espéranto ; par exemple l’Association Anationale Mondiale (SAT) réunit des mouvements ouvriers de diverses tendances. Enfin, la section jeunesse de l’UEA, TEJO (Organisation Mondiale de la Jeunesse Espérantiste), organise des rencontres internationales et édite ses propres périodiques.

Littérature. La florissante tradition littéraire en espéranto est reconnue par le PEN Club international, qui a accueilli une section espéranto en 1993. L’Académie Espéranto de Littérature, fondée en 2008, promeut la production littéraire dans cette langue. Parmi les écrivains actuels les plus célèbres en espéranto, citons les romanciers Trevor Steele (Australie), István Nemere (Hongrie), Spomenka Štimec (Croatie) et Manuel de Seabra (Catalogne) ; les poètes Mauro Nervi (Italie), Mao Zifu (Chine), Mikhaïl Gishpling (Israël) et Abel Montagut (Catalogne) ; les essayistes et traducteurs Probal Dashgupta (Inde) et Humphrey Tonkin (Etats-Unis). Les poètes William Auld (écossais), Marjorie Boulton (anglaise) et Baldur Ragnarsson (islandais) ont été proposés pour le prix Nobel de littérature.

Traductions. Parmi les traductions littéraires éditées ces derniers temps, on mentionnera Le conte d’hiver de Shakespeare, Les fiancés de Manzoni, Le seigneur des anneaux de Tolkien, Cent ans de solitude de García Márquez, La nuit bengali (Maitreyi) de Mircea Eliade, Le brave soldat Chvéïk de Jaroslav Hašek, et le roman classique chinois Le voyage en Occident de Wu Chengen. De nombreuses anthologies contiennent des traductions en espéranto de poèmes écrits dans diverses langues.

En littérature jeunesse, à Astérix, Winnie l’Ourson et Tintin, sont venus s’ajouter Pierre l’ébouriffé et Fifi Brindacier. On trouvera aussi sur Internet tous les livres de la « vallée de Moumine » de l’auteure finlandaise mondialement connue Tove Jansson, de même que les livres d’« Oz » de L. Frank Baum.

Parmi les traductions d’œuvres écrites originalement en espéranto, signalons celles de Maskerado [Mascarade], livre publié en espéranto en 1965 par Tivadar Soros, le père du financier George Soros. Ce livre, qui raconte l’existence de la famille Soros pendant l’occupation nazie à Budapest, a été traduit en anglais, en russe, en hongrois, en allemand et en turc. Un livre du journaliste polonais Roman Dobrzyński, La rue Zamenhof, publié d’abord en polonais et en espéranto, a vu sa version espéranto traduite en plus de dix langues, dont le français en 2008, et l’italien et le coréen en 2009.

Théâtre et cinéma. On a présenté en espéranto des pièces de théâtre d’auteurs dramatiques aussi divers que Goldoni, Ionesco, Ayckbourn et Shakespeare (dont le Roi Lear à Hanoï au Viêt-Nam en 2001). Plusieurs œuvres de ce dernier ont d’ailleurs été traduites en espéranto.

L’espéranto n’a pas encore fait sa grande entrée au cinéma. Notons seulement que Chaplin avait inclus des affiches et panneaux en espéranto dans son film Le dictateur, et qu’il existe quelques films dont certains dialogues sont en espéranto : Idiot’s Delight, avec Clark Gable, le film japonais Jan Arima no shûgeki et le film-culte Incubus.

Musique. La musique vocale en espéranto est très variée : chants populaires et folkloriques, rock, cabaret, chants pour solistes et pour choeurs, ainsi qu’un opéra. Des compositeurs et artistes populaires, y compris le Britannique Elvis Costello et l’Américain Michael Jackson, ont enregistré en espéranto, écrit des orchestrations inspirées par la langue ou ont employé celle-ci dans des vidéo-clips. Dans le genre classique on trouve des œuvres pour orchestre ou pour chœur avec des textes en espéranto, entre autres La Koro-Sutro de Lou Harrison et la première symphonie de David Gaines, tous deux des Etats-Unis. De nombreux groupes musicaux composent des chansons originales en espéranto, généralement disponibles sur Internet.

Périodiques. Plus de 100 revues et magazines sont publiés régulièrement en espéranto, parmi lesquels la revue mensuelle d’information Monato [Le mois], la revue du mouvement-jeunesse, Kontakto [Contact], et la revue de l’UEA, Esperanto. Il y a aussi des revues de médecine, de science, des magazines religieux, des périodiques pour les jeunes ou les enseignants, des revues littéraires et des éditions spéciales sur des sujets particuliers. Plusieurs périodiques paraissent aussi en version électronique et leurs archives sont souvent accessibles sur le web. Radio et télévision. Des stations radio au Brésil, en Chine, à Cuba, en Pologne et au Vatican émettent régulièrement en espéranto. De plus en plus d’émissions peuvent aussi être écoutées par Internet. À Białystok, en Pologne, « Esperanto-TV » diffuse des émissions de télévision régulières en espéranto.

Internet. L’utilisation des réseaux électroniques, parmi les usagers de l’espéranto, est en pleine expansion. Il existe plusieurs centaines de listes de discussion dans cette langue, sur des sujets allant de l’utilisation de l’espéranto en famille, à la théorie générale de la relativité. L’espéranto est largement utilisé dans les messageries instantanées ICQ, IRC, MSN et Skype.

Informatique. Des logiciels d’ordinateur ont aussi été créés en espéranto, en particulier des correcteurs d’orthographe et des correcteurs grammaticaux. Des logiciels comme OpenOffice.org, Firefox, IrfanView, l’environnement de travail KDE, ainsi que les systèmes d’exploitation Ubuntu et Mandriva Linux, sont disponibles en espéranto. Les sites populaires Google, Wikipédia, Facebook et Ipernity ont aussi des versions espéranto.

Services de l’UEA. L’UEA édite des livres, des revues, ainsi qu’un annuaire avec des listes d’organisations espérantistes et de représentants locaux de par le monde. On trouvera des informations sur ces publications, ainsi que sur les disques compacts, disques DVD, etc., à l’adresse katalogo.uea.org. La librairie de l’association a plus de 5000 titres en stock.

Pour plus d’information sur l’espéranto, contacter Espéranto-France, 4 bis, rue de la Cerisaie, FR-75004 Paris (tél. : 09 51 77 18 33 (tarif local), 01 42 78 68 86; courriel : info@esperanto-france.org ; site Internet : esperanto-france.org),
ou l’UEA:

Kontakta adreso de UEA:
Universala Esperanto-Asocio
Nieuwe Binnenweg 176, 3015 BJ Rotterdam,
Nederlando
tel.: +31 10 436 1044
faks.: +49 30 364280169
retadreso: info@.spamaĵo?uea.org
Supren
UEA, 2020